Vous êtes ici : Les dossiers du Mag de l'Economie > Assurance > Assurance emprunteur : a quoi sert la quotité ?

Assurance emprunteur : a quoi sert la quotité ?

Un achat immobilier est un fabuleux projet. Il est donc primordial de souscrire à une assurance emprunteur afin de protéger tous les emprunteurs d’une éventuelle incapacité de remboursement, à la hauteur de la quotité fixée par chacun. Qu’est-ce que la quotité dans une assurance emprunteur ? À quoi sert-elle ? Et comment bien la fixer ? Faisons le point.

Qu’est-ce la quotité dans l’assurance emprunteur ?

Lors d’un projet d’investissement locatif, il est parfois nécessaire de souscrire à une assurance emprunteur afin de garantir les éventuels risques de défauts de remboursements du prêt immobilier. En règle générale, cette assurance est proposée par l’établissement bancaire créditeur au moment de la signature du contrat de crédit. Cependant, il est tout à fait possible de s’engager auprès d’une autre compagnie d’assurance si les taux et les conditions sont plus favorables.

L’assurance emprunteur garantit ainsi les risques de défauts de remboursement dus à une perte d’emploi, une invalidité, une maladie ou le décès de l’emprunteur. Et lorsque plusieurs personnes ont le statut de co-emprunteur sur le même contrat de crédit immobilier, l’assurance couvre les risques à la hauteur de la part à couvrir déterminée par chaque participant aux remboursements des intérêts. Cette répartition des couvertures représente la quotité.

Par exemple, un couple co-emprunte un crédit immobilier. La quotité de couverture peut représenter 50 % chacun ou alors, elle peut être librement répartie selon la situation financière des époux : 70 % pour la femme ayant un statut salarié à durée indéterminée et 30 % pour le mari qui exerce une activité indépendante. Et pour un emprunteur unique, la quotité est alors automatiquement de 100 %.

À quoi sert la quotité dans une assurance emprunteur ?

La quotité dans une assurance emprunteur permet de couvrir les risques d’impayés de chacun des co-emprunteurs à la hauteur de la part librement fixée lors de la signature du contrat.

Cette répartition des garanties a pour rôle de protéger chacun des participants au projet immobilier, en tenant compte de la situation financière de chacun au moment de la contraction de l’emprunt. Par ailleurs, il est important de noter que chaque co-emprunteur peut choisir une quotité de 100 % pour avoir une protection complète en cas d’imprévu.

Par exemple, un couple investit dans l’achat d’une maison et souscrit à une assurance emprunteur afin de garantir les risques d’impayés du prêt immobilier. Chacun des époux peut parfaitement opter pour une quotité de 100 % par tête. Ainsi, si l’un d’entre eux fait face à une difficulté financière qui le met dans l’incapacité de rembourser sa part de crédit immobilier, dans ce cas l’assurance rembourse à hauteur de 100 % le montant restant. Ce qui permet de totalement protéger l’autre époux et évite de le mettre seul face au remboursement de la dette à solder.

La quotité fixe donc la part de couverture par l’assurance d’un prêt immobilier co-emprunté.

Comment fixer la bonne quotité ?

Il n’existe pas de règle définie pour la fixation de la quotité dans une assurance emprunteur. Le plus important est de bien analyser la situation financière et professionnelle de chaque co-emprunteur au moment de la validation du crédit immobilier.

Aussi, plus la quotité choisie est élevée, plus le montant de l’assurance l’est également. Il est donc important de réfléchir à cette assurance qui représente un budget supplémentaire dans un projet immobilier. Et bien sûr, l’idéal est de choisir une quotité de 100 % si le portefeuille le permet, car cette option protège intégralement les autres co-emprunteurs en cas d’incapacité de remboursement.

Les points essentiels à retenir : la quotité dans une assurance emprunteur représente donc la part de couverture garantie par l’assurance en cas de défaut de remboursement d’un prêt immobilier. Elle est automatiquement de 100 % pour un emprunteur unique et peut être librement répartie dans le cas d’un projet immobilier composé de plusieurs emprunteurs.

 
 

Partager ce dossier sur les réseaux sociaux

Continuez votre lecture ...